Des mots pour des maux

L'image de soi et l'estime de soi

L'image de soi, comme son nom l'indique, c'est la façon dont on se perçoit, ce que l'on croit être, ce qu'on estime être capable de faire, ou la perception que nous avons de la façon dont les autres nous perçoivent... C'est un cliché de nous mais dans notre tête, avec un scénario du rôle que nous pensons devoir jouer...

Mais c'est aussi notre perception de notre place au sein de notre famille, de la société...
En fait, si je vous demandais de vous dessiner sur une feuille, et bien vous verriez apparaître l'image que vous avez de vous ! Ce serait aussi ce que vous écririez sur vous pour vous décrire (physiquement, moralement, socialement).

Pourquoi ?

Tout simplement parce que nous n'avons pas toujours conscience de ce que nous croyons être... En fait, la description que nous faisons de nous est toujours incomplète et partiellement déformée !

Il faut davantage envisager l'image de soi sous la forme d'un ensemble d'affects, d'émotions, d'impressions subjectives... soumises aux expériences de la vie et à la façon dont on a affronté les difficultés.

Donc, pour résumer, l'image de soi, c'est la perception que nous avons de notre identité. Avec son corollaire... l'Estime de soi.

En fait, nous construisons notre identité par étapes, au décours d'un long processus entre la naissance et l'adolescence (en psychanalyse, c'est le développement libidinal avec les différents stades oral, anal, phallique…). Notre identité se construit dans le cadre des diverses expériences que nous rencontrons, mais aussi au travers de nos perceptions, de nos actions, de notre rapport aux autres, et enfin, dans le regard des autres (qui peut être constructif que destructif...).


Un sujet qui me tient particulièrement à coeur est l'image de soi et surtout l'évolution de l'image corporelle en perdant du poids. Le miroir ne renvoie pas la vraie image de soi et le fait de ne pas se voir mincir ou mince est souvent à l'origine des reprises de poids. Ce qui est particulièrement vrai avec les ados.

Pour répondre à cette question, je renvoie à mon article sur la distorsion psychique.
Ensuite, pour ce qui est des ados, ils sont tellement mal dans leur peau à cette période de leur vie, que le poids ne fait qu'accentuer ce qui se passe dans leur tête ! Ou bien, le met à jour...

En fait, l'adolescence est une période charnière et extrêmement importante dans la vie. On dit souvent que c'est l'âge bête, mais parce que nous n'avons pas conscience de ce qui se joue sous nos yeux.

L'adolescence est une période de reviviscence de tous les stades du développement libidinal de l'enfance, multiplier de façon exponentielle parfois. MAIS, c'est aussi la possibilité de revivre et de dépasser des traumatismes qui ont pu avoir lieu au cours des stades précédents. Donc, la possibilité de se "réparer" narcissiquement. Une chance d'avoir une vie équilibrée et d'être bien dans sa tête et son corps.

Nos arguments seront quasiment toujours vains ! Les ado, plus des enfants, mais pas encore des adultes, se posent en rivaux des adultes... Dans certaines tribus dites "primitives", il y a les rites initiatiques pour aider justement les ados dans ce passage (ce que nous avons perdu dans notre société moderne).

Mais pour les faire avancer, il faut les responsabiliser un minimum, jouer la carte de l'alliance et surtout, les amener à verbaliser leurs émotions. C'est surtout par ce biais là qu’on peut les amener à des prises de conscience. Et surtout, ne jamais nier ou banaliser leurs émotions (avec personne d'ailleurs). Sinon, on perd leur confiance.


Quand on me pose la question : combien pesez vous, je réponds 53 ........heu non 63. .....je me vois pas avec mes 63 (j'ai maigri de 2 kg), mais je me vois beaucoup plus mince ...alors après c'est le choc :-((

Cf l’article sur la distorsion psychique. Il y a un décalage entre la réalité, et la façon dont vous vous percevez. Si ça peut vous rassurer, bon nombre d'entre nous sont dans cette situation (et tout le monde n'en a pas conscience !!!).

Cela dit, dans votre cas, c'est à double tranchant :

• d'un côté, ce n'est pas très motivant pour suivre un régime
• d'un autre, ça vous donne un état d'esprit positif et dynamique !

Mais le fait, à chaque fois, de ne pas se voir telle que l'on est, c'est l'oeuvre d'un mécanisme de défense pour ne pas affronter une réalité qui pourrait faire souffrir. Et que notre psychisme considère comme étant trop déstabilisante pour pouvoir y faire face seule. D'où l'importance d'un travail sur soi avec un professionnel.


 

Pourquoi, dans les blogs, vouloir donner la meilleure image de soi, raconter sa vie dans le détail, se plaindre de tout et de rien, rabaisser les autres ou au contraire les valoriser à outrance…

La plupart des blogs révèlent le plus souvent les failles narcissiques, surtout pour celles et ceux qui veulent les masquer à outrance, notamment avec les effets dont vous parlez. Alors que, à première vue, on pourrait penser à de la mythomanie, voire de l'arrogance parfois... Mais attention aux préjugés et aux jugés tout cours.

Avec internet, cachés derrière un écran d'ordinateur... Il semble facile de se créer un personnage, une identité, une vie... Faire de nous ce que nous aurions aimé être… Mettre en avant notre Idéal du Moi ! Mais en fait, il se passe souvent le contraire. On finit par mettre à nu ce qu'on veut dissimuler à tout prix. Notre inconscient s'exprime et nous joue des tours.

Finalement, il pourrait y avoir un aspect thérapeutique (si c'était travaillé avec un psy). En reprenant vos exemples :

• vouloir donner la meilleure image de soi, est sans doute le reflet d'une personne qui a manqué de reconnaissance et qui est justement en quête de valorisation. Image de soi négative mais qui tend vers le positif !

• raconter sa vie dans le détail peut être le signe d'une immense solitude. Image de soi un peu en berne mais pas complètement sans doute. Mais c'est aussi une façon d'expulser tout ce que l'on a au fond des tripes pour vider son sac à émotions ! Ce qui peut être très positif (tout dépend du contenu). L’écran virtuel venant se substituer à son ancêtre : le journal intime.

• se plaindre de tout et de rien... chercher à attirer l'attention sur soi pour recevoir un peu d'amour. Image de soi négative.

• rabaisser les autres... pour se faire valoir (complexe d'infériorité). Image de soi qui se veut positive mais en grattant le vernis, c'est le désespoir.

• ou au contraire valoriser à outrance... pour recevoir un peu en retour (complexe d'infériorité également). Image de soi un peu faiblarde mais qui cherche de l'énergie pour se « requinquer ».

Ce sont bien sûr des hypothèses générales. Il faut toujours tenir compte de la vie de la personne, de son affectivité, de ses traumatismes. Et aussi de ce qui est dit et comment cela est dit.

Mais quoi qu'il en soit, NE JAMAIS JUGER, car personne n'est parfait, et le jugement n'a jamais aidé qui que ce soit à évoluer (en psychologie du moins). C'est pourquoi tous ces petits détails relevés sont en fait une expression des failles de la personnalité de chacun et chacune. Mais c'est aussi ce qui fait le charme de chaque personne, son individualité, sa valeur et son importance !

Sylviane Barthe Liberge

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

24.05 | 02:44

recherche aussi consults+échanges vécu avec victimes sur nord 94, centre 91, paris. dure depuis 10 ans evident depuis 5. Vise aussi enfants et autre proie

...
12.05 | 03:47

ressens même parfois l'envie de me venger car peu de gens m'ont soutenue, pour les autres il reste merveilleux. Comme si ma douleur n'était pas reconnue..😟

...
12.05 | 03:43

connaissance dont il n'a pas réussi à me couper, j'ai pu lui échapper. Mais je sens que je reste très meurtrie, et que je m'en veux bcp. Ca fait 1 an et je

...
12.05 | 03:40

j'ai commencé à me dire que ce qu'il me faisait vivre n'était pas normal et que je ne pouvais plus endurer ça, le mal était déjà fait.. grâce à une nouvelle

...
Vous aimez cette page